Cosmogonie

tradition paienne Il fut un temps ou n'existait pas le temps
Il fut un temps ou n'existaient ni être ni non-être
Ni l'espace ni le firmament
Qu'était l'Eau profonde, l'Eau sans fond ?

Ni la mort, ni la non-mort n'étaient en ce temps
Point de Jour ni de Nuit
L'Un respirait sans souffle, mû de lui-même
Rien d'autre n'existait si ce n'est le Mystère

Puis se développa le désir
Premier germe de la pensée
Lien de l'être et du non –être
Ainsi naquirent le Père et la Mère, Ciel et Terre

Ce qui est au Ciel s'unit à ce qui est sur la Terre
L'eau reçu en germe la Lumière
Ainsi furent créés les univers
Plus grands que grands, sur lesquels tous s'appuient

Ce en quoi tout ici bas s'assemble et se disperse
C'est cela qui fut et qui sera
Les Dieux dessinèrent les quartiers du ciel et le séjour de la Lumière
Ils tissèrent l'Ordre et le destin
Et répandirent la Parole dans tous les êtres
Revêtant de vent les existences et couvrant la Terre que voici

Union de la Foudre et de la pluie
Semence de toute vie
Soleil et Lune unis
Ronde des jours et des nuits
Mâle et femelle sont à jamais identiques
Il n'y a pas de différence entre eux
Le Dieu est ce qu'est la Déesse
La Déesse est ce qu'est le Dieu
Leur différence est due à l'ignorance
Celui qui a l'intellect éclairé
Celui qui de la fascination des apparences est libéré
Apparences qui du pouvoir de l'illusion sont crées
Celui là peut connaître leur subtile différence

L'Un sans second, le Suprême
Devient duel au temps de la création
Comme un seul visage apparaît deux dans un miroir
Comme un seul corps devient double par la projection de son ombre
De même nos images se multiplient
A travers le reflet diversifié des esprits conditionnés par l'illusion

Différence entre vu et non vu
Quand viendra le temps de la dissolution
Il n'y aura ni mâle ni femelle, ni neutre